Leti, l’enfant Homo naledi qui a (peut-être) été inhumé

Vingt-huit fragments de crâne et six dents ayant appartenu à un enfant attribué à l’espèce Homo naledi ont été retrouvés dans un endroit particulièrement difficile d’accès. Ses découvreurs ont, depuis, laissé penser que le petit corps ait pu être placé là à l’occasion d’un rite funéraire.

L’histoire d’Homo naledi ne fait que se dévoiler progressivement. Découvert en 2013 au fin fond de la grotte dite de Rising Star, en Afrique du sud et décrit pour la première fois en 2015, ce cousin humain était particulièrement petit (1,50 m, 45 kg), présentait des caractéristiques archaïques (notamment des mains plus semblables à celles des australopithèques ou aux premiers représentants du genre Homo), mais aurait vécu entre -335.000 et -236.000 ans, d’après une étude parue en 2017 dans la revue eLife, c’est-à-dire au moment de l’émergence d’Homo sapiens, bien plus « moderne » dans sa physionomie.

Mais cette grotte, peu accessible, n’a visiblement pas fini de livrer tous ses secrets. Néanmoins, les scientifiques ont poursuivi leur exploration et sont allés 12 m plus au-delà de la chambre où les premiers spécimens avaient été exhumés. Et dans un passage particulièrement étroit de 15 cm de hauteur sur 80 cm de profondeur, les paléoanthropologues ont retrouvé 28 fragments de crâne, ainsi que six dents. Tous ces éléments semblent provenir d’un seul et même individu : ce qui s’apparente à un enfant d’Homo naledi. Cette riche découverte est longuement développée dans deux articles publiés dans la même édition de la revue PaleoAnthropology (ici et ).

Cette trouvaille est assez exceptionnelle à plus d’un titre. Déjà parce que chez les homininés du passé, les restes d’enfants sont relativement rares, du fait de la finesse et de la fragilité de leurs os. Cela permet aux spécialistes de comprendre un peu mieux la croissance chez cette espèce cousine. Cet enfant, baptisé Leti (qui signifie « celui qui est perdu » dans une langue locale) avait un volume cérébral compris entre 480 et 610 cm3, soit 90 à 95 % de la taille du cerveau des adultes. En extrapolant son niveau de développement par rapport aux enfants Homo sapiens, les auteurs ont estimé que ce petit être devait avoir entre 4 et 6 ans au moment de sa mort. En revanche, les premières observations basées sur l’état de conservation laissent entendre qu’il gisait ici depuis aussi longtemps que ses congénères retrouvés dans la grotte, soit approximativement entre 250.000 et 335.000 ans.

Placé là par hasard ?

Se pose alors une question : que fait ce corps dans un endroit si inaccessible ? Bien que cette problématique fasse débat, Lee Berger, chercheur à l’université Wits de Johannesburg et l’un des principaux auteurs, réitère les propos qu’il avait déjà tenus en 2015, à l’occasion de la révélation d’Homo naledi et ouvre la perspective qu’il ait été placé là dans le cadre d’un rite funéraire. Rien n’indique en tout cas qu’il ait été emmené ici par un prédateur, ni que de l’eau ait déplacé le crâne et les dents jusqu’à cet endroit si inaccessible.

Lire aussi : Chronique radio : pourquoi j’ai bien mangé mon père

Si tel est le cas, alors nous serions face à l’un des cas de pratiques mortuaires les plus anciennes de l’humanité. En effet, la sépulture supposée d’un Néandertalien à la grotte de Tabun est estimée à 120.000 ans. L’enfant aux bois de cerf, les restes d’un Homo sapiens ayant lui aussi vécu au Moyen-Orient (Palestine) retrouvés dans la grotte de Qafzeh, ont été datés de 100.000 ans et dénotent d’une attention particulière au défunt. En Europe, ces pratiques sont arrivées plus tardivement encore. Cela repousserait de plus de 100.000 ans l’apparition des rites funéraires. De quoi semer le trouble et rendre perplexe par rapport à ce que faisaient ces petits êtres à la fois primitifs et modernes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s